husainRubriqueAside_layout

Des principes d’éthique venus du bouddhisme, de l’hindouisme et en particulier de la médecine ayurvédique se sont introduits dans le mouvement de la Contre-culture dès les années soixante-dix. L’influence de ces idées s’est fait d’abord sentir dans le champ politique de l'écologie radicale, la Deep ecology, et dans le domaine philosophique où la bioéthique prenait son essor, mais dans un second temps les anthropologues travaillant en Inde et en Asie du sud s'en sont emparés.

Anthropologie de l'environnement en Inde
Entre l'écologie et l'éthique, années 1970-1990

14 décembre 2017

Les premières années de la décennie 1970, aux Etats-Unis, sont marquées à la fois par le triomphe du mouvement politique et culturel de la Contre-culture, par l’invention de l'écologie radicale ou Deep ecology et par la naissance de «l’anthropologie médicale», qui est à la fois une application de l'anthropologie en médecine et une forme américaine de l’idéologie du malade médecin de soi-même. La vogue des médecines alternatives qui se répand alors conduit à l’importation des médecines savantes de l’Inde et de la Chine. Elles viennent renforcer la saisie du corps par le droit, en popularisant une vision du monde holiste où l’on a institué la nature elle-même en sujet de droit.

Situant l'anthropologie de l'environnement en Inde dans ce contexte historique et comparatif, nous privilégierons deux axes de recherche aux forts enjeux philosophiques et politiques:

• l'anthropologie des droits de propriété intellectuelle indigènes sur les ressources naturelles;
• l'anthropologie des valeurs morales et religieuses qui orientent l'écologie radicale militante.

Nous retracerons d'abord l'émergence de ces questions dans la chronologie, en faisant ressortir deux dates charnières.
1973: naissance du Chipko andolan dans l'Himalaya. 1992: Convention sur la diversité biologique adoptée à Rio de Janeiro.

Le premier dossier que nous étudierons est un dossier emblématique, la question des bois sacrés.

Un bois sacré est un bosquet d'arbres de grande importance religieuse, liée à une tradition particulière. Le bois sacré est une institution sociale répandue partout dans le monde. En Inde aujourd'hui, c'est une parcelle de jardin ou de forêt consacrée à l'usage exclusif de divinités particulières. Pour cette raison, ces bois sont généralement adjacents à un temple ou un sanctuaire. Les écologistes indiens ont pris coutume de les présenter comme des parcelles de forêt primitive qui auraient été préservées pour des raisons religieuses. Nous confronterons cette idée reçue aux connaissances actuelles en anthropologie sur les droits indigènes d'accès aux ressources naturelles dans leur environnement immédiat.