panikerArticleMenu_layout

Comment le maître d'école fait voir la pluralité des mondes
La récitation, départ obligé du dialogue
ouvrant sur les réalités multiples

Jeudi 30 janvier 2014

Nous nous projetons d'abord au Kerala quand le maître d'école fait réciter l'alphabet: Kathapurushan, «Le héros de l'histoire» [l'histoire racontée dans la short story à la fin du film] de Adoor Gopalakrishnan (1995), la scène se passe en 1937.

KA, KHA, GA, GHA, NgA /
CA, CHA, JA, JHA, NjA /
………

eḻuttu 1. lettre 2. écriture

Le petit garçon de 10 ans, Kuññuṇṇi, est l'héritier nayar d'un Taravad ruiné. Sous la violence des admonestations du maître d'école de basse caste, il bégaie. Le bégaiement cessera vingt-cinq ou trente ans plus tard quand sera publiée la short story dont il sera à la fois l'auteur et le héros et qui sera intitulée kharākṣaraṅṅal, «Les consonnes dures» [cruelles et sur lesquelles on butte].

Un dialogue s'instaure entre le maître et l'élève, dialogue où le maître est parfois sarcastique et souvent violent. Une anthropologie des émotions peut être ici construite. Déjà l'on aperçoit l'inégalité, le maître a ses têtes, et naguère quand prévalaient encore en sourdine le système des castes et les règles de la parenté, toute la diversité des mondes sociaux faisait irruption dans le dialogue entre le maître et les élèves. Je le montrerai à travers les sources littéraires et cinématographiques qui permettent de reconstruire une ethnohistoire du dialogue avec autrui au XXème siècle.

Kayar, début du chapitre 14. L'éducation au village de Thakazhi dans les années 1890.

paṭhittam éducation paṭhanam 1. étude 2. lecture > paṭhikkuka étudier, lire

A Mangalasseri, āruṃ eḷuttu paṭhiccavarāyilla, «pas tous n'avaient étudié l'écriture». «On disait même (pōlum) que Vāsu, le fils de Vēlu Āśān, n'avait pas essayé (kuṟicciṭṭilla < kuṟikkuka to aim at) le Hari-Śrī [= apprendre par cœur le Dhātupāṭham qui commence par une invocation "Hari Shrî Ganapataye nâmah"].

L'éducation, c'était d'étudier kāvyavuṃ jyōtsyavuṃ, «la poésie [= les épopées] (kāvyam) et l'astrologie (jyotsyam). A Śīlāntippiḷḷil, les femmes gravaient des livres sur feuilles de palmier (tāḷiyōlagrantham) et copiaient: rāmāyaṇamō bhāratamō bhāgavatamō kṛṣṇappāṭṭō [= kṛṣṇāṭṭam]. Tous ces textes classiques, dotés d'une autorité religieuse, et sanskrits du moins à l'origine, sont dialogiques, alternant narration et dialogues.

Complémentarité entre les textes et l'oralité, entre la récitation et l'interlocution, entre la narration et le dialogue, entre le sanskrit et le malayalam (Râmâyanam en malayalam, et Krsnapppattu [chants] en malayalam, sans qu'il soit sûr que les copies sur feuilles de palmier que commercialisaient les femmes nayar de la Maison Śīlāntippiḷḷil pour ces deux textes centrés sur Râma et Krishna aient été en sanskrit ou en malayalam). L'écriture est subordonnée à la récitation, elle-même en forme de dialogues.

Situer dans un cadre historique et social une démarche fondamentale dans l'Inde, le dialogue exhortatif (protreptique, disions-nous) dans lequel «quelqu'un» (chacun de nous est ce quelqu'un, un disciple en puissance) se voit exhorté par un Autrui doué d'autorité — «mon maître» disent-ils en Inde — à voir (métaphore de la lumière) ou plutôt en Inde à entendre (métaphore de la Śruti, la révélation d'une Parole) les autres mondes que celui de la vie ordinaire.