panikerArticleMenu_layout

Galanga, Gingembre et Ajowan, 2
Identifier śaṭī à la Zédoaire plutôt qu'au Curcuma

Himcospaz, un médicament de Himalaya Drug Company

Séminaire du Jeudi 10 janvier 2013

Présentation sur le site web de Himalaya Drug Company:

http://www.himalayawellness.com/ products/pharmaceuticals/ himcospaz.htm

Each Himcospaz capsule contains: Exts.

Sati (Curcuma zedoaria) 25.5mg
Sunthi (Zingiber offcinale) 24mg
Ajamoda (Apium graveolens) 96mg

Les noms des ingrédients sont sanskrits. Incompréhensibles pour les patients qui achètent ce médicament, ces noms sanskrits ont une double raison d'être mentionnés. Le marketing et la publicité sont la première raison, qui est d'indiquer sa qualité de remède galénique (herbal compound medicine) et son origine indienne traditionnelle, la matière médicale ayurvédique, bien que ce soit chez Himalaya une spécialité de leur invention, a proprietary medicine. Si l'on s'en tenait à cette seule raison d'être, les noms sanskrits pourraient être omis sans changer l'identité de ce médicament inventé par les Vaidyas (les médecins) du secteur Recherche de cette firme industrielle; inventé au sens où il n'applique aucune des milliers de recettes de pharmacie transmises depuis l'antiquité dans une abondante littérature technique en sanskrit. Mais une deuxième raison, essentielle, de lister les noms sanskrits des ingrédients du remède est de fixer l'identité thérapeutique des ingrédients.

A ce moment de l'analyse nous devons nous défaire d'un préjugé occidental moderne qui est de croire qu'une espèce naturelle (une plante médicinale par exemple) ou qu'un objet technique (un médicament par exemple) n'a qu'une seule et unique identité inscrite dans la nature des choses. Il est indispensable de distinguer ici pour un ingrédient donné du remède son identité botanique (fixée par le nom latin) et son identité thérapeutique (fixée par le nom sanskrit). Himalaya Drug Company a fait le choix d'identifier śaṭī à Curcuma zedoaria, la Zédoaire, choix dicté peut-être par la tradition dans le nord de l'Inde, et ils se sont donnés la facilité de remplacer le Ajowan par le Céleri en identifiant ajamodā à Apium graveolens, qui n'est autre que le Céleri; d'autres pharmacies font d'autres choix.

Au Kerala et en se conformant aux identifications traditionnelles en Inde du sud, le même médicament composé serait fabriqué à partir de:

śaṭī = (Malayalam) kaccōlam, alias kaccūram = Kaempferia galanga, le Galanga

śunthī = (Malayalam) cukkụ = Zingiber officinale (dry), le Gingembre séché

ajamodā = (Malayalam) ayamōdakam = Trachyspermum roxburghianum, alias Psychotis ajowan, le Ajowan

L'identité botanique des ingrédients, fixée par les noms vernaculaires et les noms latins, changerait sensiblement; mais l'identité thérapeutique tant des ingrédients que du médicament, fixée par les noms sanskrits, demeurerait strictement la même, car elle est déterminée par les noms sanskrits d'indications thérapeutiques qui sont attachés, dans la littérature technique de l'Ayurveda (āyurveda), à chaque nom sanskrit de plantes médicinales.

Première conclusion, les langues naturelles déterminent l'identité des choses, et les experts, en l'occurrence les Vaidyas (médecins ayurvédiques), les érudits indigènes jouent sur la diversité des langues naturelles surimposées les unes aux autres (ce qu'on appelle la diglossie) pour fixer différents types d'identités.

A suivre, l'analyse des indications thérapeutiques de Himcospaz et l'histoire naturelle du Galanga, du Gingembre et de l'Ajowan.