panikerArticleMenu_layout

Galanga, Gingembre et Ajowan, 3
Identités thérapeutiques du médicament et de ses composants

Séminaire du Jeudi 10 janvier 2013

Je poursuis l'étude du Himcospaz, un antispasmodique de Himalaya Drug Company. L'objectif est de déchiffrer les indications thérapeutiques du médicament formulées dans la notice officielle que publie le laboratoire et de faire apparaître en filigrane la nomenclature sanskrite des maladies. La question philosophique qui doit être traitée de front est celle non seulement de la traduction d'une langue (le sanskrit) dans une autre (l'anglais), mais surtout de la transposition d'un mode de pensée où les noms des «maladies» sont polysémiques — et plus exactement polythétiques — dans un mode de pensée où la thérapeutique se fonde sur un système de dénomination univoque des symptômes cliniques.

L'appartenance des médicaments inventés chez Himalaya Drug Company au savoir traditionnel de l'Ayurveda ne tient pas seulement au fait qu'ils utilisent la matière médicale ayurvédique, ce que prouvent les noms sanskrits des plantes systématiquement annoncés dans la notice officielle, mais encore et sutout au fait que leurs indications thérapeutiques ont été pensées, repérées et formulées en sanskrit avant d'être traduites en anglais, un fait cognitif et linguistique occulté par l'usage exclusif de l'anglais dans les notices.

Un anti-spasmodique, ce que connote le suffixe «spaz» dans Himcospaz, c'est aussi l'indication essentielle de ajamodā, alias dīpyaka, le Ajowan, qui est une Piquante (kaṭuka) et une Amère (sa-tikta) à la fois. Deux preuves parmi d'autres:

Guṇapāṭha [msc. pers. p. 119]

śūlaghno dīpyako rūkṣas satikta kaṭuko laghuḥ /

uṣṇaḥ kaphānilaharo dīpanaḥ kriminaśanaḥ //

«L'Ajowan calme les douleurs coliques, astringent, Piquante et Amère à la fois, léger,
chaud, guérit flegme et vent, résolutif, vermifuge.»

Ayurvedic Formulary of India 7:1 ajamodādi cūrṇa «Poudre dont le Ajowan est l'ingrédient principal». Texte source: Śārṅgadharasaṃhitā, Madhyamakhaṇḍa, 6: 113–117. Conglobation des indications thérapeutiques:

pibet koṣṇajalenaiva cūrṇaṃ śvayathu-nāśānam /

āmavātarujaṃ hanti saṃdhipīḍāṃ ca gṛdhrasīm // 116 //

kaṭipṛṣṭhagudasthāṃ ca jaṅghayoś ca rūjāṃ jayet /

tūnīpratūnīviśvācīkaphavātāmayāñ jayet // 117 //

«A prendre avec de l'eau tiédie. Cette poudre guérit œdème (śvayathu),
douleurs rhumatismales (āmavāta-ruj), douleurs des articulations, sciatique (gṛdhrasī),
douleurs dans la poitrine, le dos, l'anus (guda) et les jambes,
douleurs et spasmes de l'urètre (tūnī-pratūnī), dans les bras, maladies de flegme et vent.»

Il faudra justifier les principes de méthode suivant lesquels j'invoque ces preuves, et en particulier:

1°) l'utilisation raisonnée des synonymies (ici entre ajamodā et dīpyaka) dans les noms sanskrits d'espèces naturelles;
2°) la place faite aux textes du Kerala (ici le Guṇapāṭha) dans cette analyse ethnographiquement située;
3°) l'analyse des conglobations de noms de maladies dans les recettes traditionnelles de médicaments composés (ici les vers 116–117 de Śārṅgadhara);
4°) l'attention portée aux signes linguistiques (ici ºādi) indiquant la substance vedette dans un composé;
5°) une traduction structurale qui fait ressortir les collocations, ici le lien entre śūla «douleur» et kaphānila «flegme et vent» pour désigner des spasmes;
6°) une interprétation non pas descriptive (rūkṣa «râpeux») mais opératoire (rūkṣa «astringent») des termes techniques.

Dans cette perspective, la conglobation ci-dessus trouve sinon une traduction du moins une transposition dans la notice du Himcospaz. Une traduction impliquerait des correspondances sémantiques terme à terme. Une transposition est affaire de stylistique: une conglobation en remplace ici une autre en conservant la signification d'ensemble qui est d'être antispasmodique.

Indications

Himcospaz capsules are useful in relieving the following symptoms:

1. Spasmodic pain in uterus:

a. Dysmenorrhea and pelvic inflammatory disease

2. Abdominal colic:

a. Intestinal colic (amebic colitis)
b. Fecal obstruction
c. Cholecystitis and gall stones
d. Parasitic obstruction

3. Non-specific diarrhea:

a. Chronic infective and secretory diarrheas
b. Bacillary and amebic dysentery
c. Worm infestation
d. Irritable bowel syndrome
e. Mucus colitis

4. Miscellaneous:

a. Acute pain associated with lower UTI [urinary tract infection]
b. Ureteric spasms
c. Chronic pancreatitis

On remarquera quelques correspondances terme à terme entre noms sanskrits et noms anglais:

krimi = Worm infestation
pratūnī
= Ureteric spasms

Il suffirait 1°) de citer d'autres textes sanskrits énonçant les indications thérapeutiques de l'Ajowan et 2°) d'ajouter à l'analyse les indications thérapeutiques du Galanga et du Gingembre, pour faire apparaître d'autres correspondances. Ma conclusion est que Himcospaz, dans sa conception même, appartient à l'univers intellectuel du savoir traditionnel.

Reste à étudier l'histoire naturelle et les indications thérapeutiques traditionnelles des trois ingrédients de ce médicament pour montrer que le point de départ de son invention comme spécialité maison (proprietary medicine) à Himalaya est l'étude des textes sanskrits. L'invention consistait à isoler puis composer ensemble trois substances médicinales dont on avait repéré les propriétés antispasmodiques. La thèse que je dois démontrer est que ce repérage initial fut effectué dans la littérature ayurvédique et dans le cadre philosophique (je veux dire épistémologique) de la nosologie humorale formulée en sanskrit. Les recherches effectuées ensuite en pharmacodynamie et sur les effets cliniques de ce médicament ont servi à confirmer la valeur du choix initial, mais n'en ont pas modifié le principe philosophique.