arpitaSinghRubriqueAside_layout

Harold C. Conklin
Les Ifugao avant l'ethnographie globale

Les ethnologues aujourd'hui décrivent les Ifugao insérés dans les réseaux mondialisés de migration économique. Les femmes, qui du temps de Conklin, travaillaient dans les champs et les jardins, ont abandonné le travail manuel lié à l'agriculture pour tenir une boutique, prendre un emploi à la ville ou partir sous contrat (female contract labour) quelques années à l'étranger d'où elles envoient de l'argent à leur famille (cash remittances), donnant au monde local ifugao une dimension globale. Une partie de l'argent qu'elles envoient est investi dans de nouvelles plantations (new commercial agricultural crops) comme des champs de haricots verts destinés au marché national. C'est ainsi qu'une partie des terres jadis dédiées à la riziculture inondée ont été transformées en jardins. Local et Global, Genre, Migration, Mondialisation, Marché national sont les nouveaux concepts et les nouvelles problématiques de cette ethnographie globale, que Conklin n'a pas connus.

Les rizières en terrasse, dont Conklin fit l'icône du monde écologique, social et culturel des Ifugao, n'ont pas toutes disparu, mais elles ont été patrimonialisées.

Un autre secteur de l'ethnographie globale s'est emparé des Ifugao: l'anthropologie du tourisme, qui participe à la sauvegarde du paysage, et l'anthropologie des droits de propriété intellectuelle des peuples autochtones — c'est-à-dire l'anthropologie des savoirs indigènes — sur les systèmes agricoles, la biodiversité et les techniques de construction, d'irrigation et de culture dans les rizières.

La patrimonialisation, cependant, est un appauvrissement dramatique des traditions; dévitalisées, muséographiées, elles sont orphelines des virtuoses (au sens de Max Weber) qui jadis les transmettaient d'une génération à l'autre dans leur complexité.

Nous ne saurions donc presque rien de ces savoirs anciens dans leur complexité s'ils n'avaient été recueillis — dans la langue indigène — et interprétés par Conklin quand ils étaient encore bien vivants, au cours de dix-huit ans d'enquête ethnographique de 1961 à 1979.